Articles les plus visités

Bienvenue au Village Fédéral, agrégateur de consciences, dédié aux hautes aspirations de l'humanité, le savoir, la liberté et la solidarité... Les citations du moment... L'utopie n'est pas l'irréalisable, mais l'irréalisé. Theodore Monod... L'opprimé d'aujourd'hui sera l'oppresseur de demain. Victor Hugo... Il n'est pas besoin d'esperer pour résister. Auteur inconnu... "La lutte des classes existe, et c'est la mienne qui est en train de la remporter." Warren Buffet (milliardaire)... LE POUVOIR NE SOUHAITE PAS QUE LES GENS COMPRENNENT QU’ILS PEUVENT PROVOQUER DES CHANGEMENTS. Noam Chomsky... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel . Jean Jaures... Si tu veux faire de ce monde un endroit meilleur, jette un œil sur toi-même et fait un changement... If You Wanna Make The World A Better Place, Take A Look At Yourself And Then A Make A Change. Michael Jackson (Man In The Mirror)...
RÉSEAU SOCIAL SOLIDAIRE


France

Droits  /  Politique  /  Social
Loi Travail XXL : c’est toujours non !

Ordonnances : Macron dévoile sa « loi Travail jetable »

Source : Attac France

jeudi 31 août 2017,

Le gouvernement vient de présenter les 200 pages de ses ordonnances pour réformer le droit du travail. La loi El Khomri permettait déjà de licencier des salarié·e·s en cas de simple diminution du chiffre d’affaires ou de la trésorerie, même de quelques euros. Mais cela ne suffisait pas. Au nom de la lutte contre les « freins à l’embauche » , Emmanuel Macron et ses alliés du Medef veulent généraliser les salarié·e·s jetables.

Le « contrat de projet » ? C’est un CDD hyper-flexible : sans durée préétablie, sans prime de précarité, mais avec possibilité de licenciement à tout moment. Le plafonnement des indemnités prud’hommales ? C’est une carte blanche aux licenciements abusifs et à la délinquance patronale. Le référendum d’entreprise sur initiative patronale ? C’est une arme qui met les salarié·e·s le dos au mur pour leur imposer un projet d’accord refusé par les syndicats majoritaires. Et le « licenciement sui generis » ? Une invention exécrable pour licencier automatiquement les salarié·e·s qui refuseraient la modification de leur contrat de travail suite à « l’accord ».

Lire la suite...

Appel national contre l’irradiation des aliments

24.02.2004

La production et la consommation d’aliments irradiés représentent de nombreuses menaces pour la santé publique (perte de nutriments et de vitamines dans les aliments irradiés, augmentation des risques de cancer, de malformation, et de carences nutritionnelles) et pour l’environnement (multiplication des risques liés au transport et à l’utilisation de substances hautement radioactives dans les centrales d’irradiation des aliments).
L’irradiation des aliments se généralise sans aucun débat démocratique, et cela alors même que ce procédé touche au quotidien tous les citoyens, avec des conséquences sur la santé, et la qualité de l’environnement.

Lire la suite...

Pourquoi sortir du nucléaire

Pour en savoir plus ...Sortire du nucléaire

24/09/2005

Un accident nucléaire, c’est une région entière inhabitable pendant des milliers d’années, et des victimes innombrables. Peut-on se permettre de courir un tel risque ?

Il n’existe aucune possibilité d’élimination des déchets radioactifs : ils sont dangereux aujourd’hui et pour des dizaines de milliers d’années.

Le coût réel de l’électricité nucléaire est sous-évalué. Elle est en réalité très chère quand on prend en compte l’ensemble de ses coûts : recherche publique, démantèlement des centrales, gestion des déchets pendant des milliers d’années...

Le nucléaire produit peu de gaz à effet de serre, mais il contamine la terre pour des millions d’années. Il ne faut pas choisir entre la peste et choléra. Ni nucléaire, ni effet de serre : tel doit être l’objectif d’une politique énergétique responsable.

Lire la suite...

Suppression de la loi accouchements sous x

le 26/09/2005

Bref historique

L’accouchement sous X n’est pas né sous Vichy, contrairement à ce que l’on affirme parfois péremptoirement. Ce régime l’a simplement organisé et facilité. Officiellement, il s’agissait d’éviter infanticides et expositions. Officieusement, les mauvaises langues que nous sommes se permettent d’ajouter qu’en temps de guerre et en l’absence de nombreux maris et fiancés, la volatilisation opportune d’enfants imprévus arrangeait bien des familles.

Des "tours" de triste mémoire, ces bâtiments placés à l’entrée d’un couvent ou d’un hospice où l’on pouvait laisser l’enfant en toute discrétion à "l’abandon à bureau ouvert" pratiqué au début du vingtième siècle - on y déposait le nourrisson après avoir répondu à quelques questions facultatives : l’abandon anonyme est une pratique ancienne ; l’esclavage et le travail des enfants aussi...

Lire la suite...

Accés aux archives : la liberté d’informer

Source/petition : Liberté d’Informer

29/09/2006

Pour écrire l’histoire de notre pays, il est nécessaire de lever les zones d’ombre qui entourent de grands événements en déclassifiant certains documents. Les journalistes, les parlementaires et les citoyens sont trop souvent confrontés au devoir de réserve des fonctionnaires, au secret d’Etat, au secret défense et au secret judiciaire.

Depuis avril 2004, près de 400 journalistes de toutes les rédactions de France, des parlementaires, des éditeurs, des juristes, des représentants de la société civile ont signé l’appel à une modification de la loi en faveur d’un accès plus libre à l’information.

Appel rendu public par Libération le 1er avril 2004, consultable ci-dessous avec les signataires.

Pourquoi une loi ?

Aux Etats-Unis et dans les pays scandinaves, la transparence fait loi, et le secret exception. Votée en 1966 aux Etats-Unis, la « Freedom of Information Act » (loi de liberté de l’information), oblige toute administration, même la plus sensible, à fournir au public l’accès aux documents, sous réserve de neuf exceptions qui devront être correctement motivées. Les administrations, le FBI, la CIA, se réservent ainsi le droit de censurer les informations considérées comme préjudiciables à la sécurité nationale.

En France, nous sommes aujourd’hui loin de ce dispositif. Une loi votée en 1978 permet théoriquement l’accès aux documents administratifs. En réalité, elle est rarement utilisée. Tous les documents administratifs sensibles sont systématiquement classés « confidentiel défense ». Dès qu’un document mentionne une identité, il est rendu inaccessible.

Il peut sembler naïf de s’attaquer à notre tradition d’opacité étatique. Mais nous pensons qu’en matière d’information, aligner le droit français sur le droit américain et scandinave irait dans le sens d’une plus grande modernité démocratique. La fermeture de l’accès aux sources d’informations livre encore plus les journalistes aux manipulateurs. Il nous paraît urgent d’établir des règles du jeu plus ouvertes.

En cette époque de défiance vis-à-vis du politique, nous jugeons primordial d’offrir enfin en France, un mécanisme de contre-pouvoir citoyen visant à un accès plus libre à l’information.

Lire la suite...

60 ANS Á TAUX PLEIN, LE VRAI PROGRÈS !

Nous voulons des retraites décentes !

Vit-on pour travailler, ou travaille-t-on pour vivre ?

16 février 2010

Le Village Fédéral avait fait des retraites l’une de ses 10 priorités à l’occasion de l’élection présidentielle de 2007. Mais le gouvernement actuel continue de les dégrader, bardé qu’il est de tabous, d’idéologie, de certitudes et de fausses évidences.

Nous voulons une réforme équitable qui permette de maintenir un niveau de vie décent pour les retraités, et nous pensons que la façon dont un pays traite ses aînés est un indicateur de son degré de civilisation.

En France, un million de retraités vivent actuellement sous le seuil de pauvreté. La moitié des retraités Français qui prennent aujourd’hui leur retraite perçoivent moins de 1000 € par mois. On comprend mieux pourquoi Nicolas Sarkozy propose de reprendre un travail cumulé avec la retraite. Deux arguments sont avancés afin de justifier la démarche du gouvernement prônant l’allongement de la durée de cotisation et le recul de l’âge légal. Les prétextes sont l’allongement de la durée de vie et le déficit.

L’allongement de la durée de vie est constamment mis en avant par la propagande gouvernementale et ses relais médiatiques, mais jamais la croissance économique (de 15% ses dix dernières années), démographique (avec dix millions de Français de plus en trente ans), et les gains de productivité (d’après les spécialistes, la France est la championne du monde sur le taux horaire), compensant pourtant largement ce paramètre. Et quand on demande aux Français si ils veulent travailler plus longtemps, une écrasante majorité ne le souhaite pas (et notamment dans des emplois pénibles).

Quant aux déficits, selon thomas Piketti (économiste) "on fait peur aux gens en créant du déficit. Par exemple les exonérations des heures supplémentaires coûtent 3 milliards d’euros par an aux caisses de retraites". Il s’agit bien là de détruire le système par répartition sous prétexte de le sauver. La crise a pourtant gravement discrédité le système par capitalisation.

Régression sociale et incohérence économique, tels sont les jugements que l’on peut d’emblée porter sur la réforme qu’on cherche à nous imposer. Une lourde amputation du niveau des pensions y est tranquillement programmée. Nous refusons la régression sociale en cours et proposons, avec d’autres, une autre logique, car non seulement on appauvri les retraités actuels et futurs depuis 1993, mais en plus le déficit s’accroît.
Si cela ne marche pas, c’est parce que l’objectif n’est pas la périnnisation du système, bien au contraire.

Le gouvernement voudrait dégoûter les Français du système par "répartition" qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Il semble à ce jour avoir choisi le passage en force en plein été ou juste après, comme la droite l’a déjà fait en 1993 et 2003.
L’objectif réel de l’exécutif et du MEDEF en baissant le niveau des pensions ( le gouvernement affirme que la baisse des pensions est écartée : Mensonges : Si l’on allonge la durée de cotisation et que l’on change l’âge légal, il sera plus difficile d’obtenir un "taux plein" et cela reviendra à baisser les pensions) est en effet de faire de la place pour les fonds privés et une retraite par capitalisation. Cela explique pourquoi ce gouvernement et les mêmes dans les précédents ignorent ostensiblement toutes solutions allant à l’encontre de leurs intérêts, quitte à précariser encore un peu plus la population. Or dans les pays où s’applique le système par capitalisation, des familles peuvent se retrouver sans rien après une vie de travail. Il s’agit de défendre l’intérêt général contre des intérêts particuliers alléchés par des perspectives de juteux profits.

Lire la suite...

6ème République : les trente propositions

le 27/09/2005

La 6ème République, plus efficace que la 4ème, plus démocratique que la 5ème.

La Convention pour la 6ème République recherche par le rassemblement du plus grand nombre de nos concitoyens les voies et les moyens par lesquels devra s’imposer dans l’esprit public la nécessité d’un référendum constituant soumettant aux citoyens les propositions de réforme qui suivent.

Propositions aux fins d’établir une République nouvelle

Proposition-1.

Le gouvernement, sous l’autorité du Premier ministre, exerce l’ensemble du pouvoir exécutif. Le gouvernement et les ministres sont, collectivement et individuellement, responsables devant l’Assemblée nationale. Le Premier ministre, issu de la majorité élue à l’Assemblée nationale, est nommé par le président de la République. Il désigne et révoque lui-même les membres de son gouvernement. Immédiatement après la composition de son gouvernement, le Premier ministre présente un programme de législature devant le Parlement et engage sa responsabilité sur ce programme devant l’Assemblée nationale. Le Premier ministre est le chef de l’administration et des armées.

Il dispose seul du pouvoir réglementaire et de l’initiative des lois au nom du gouvernement. Il nomme aux emplois supérieurs de l’Etat. Après consultation du Parlement, il peut engager un référendum législatif. Il représente la France sur la scène internationale, négocie et signe les traités. A l’ouverture de chaque session parlementaire ordinaire, le Premier ministre propose un bilan de l’activité gouvernementale, s’agissant en particulier de l’application des lois promulguées l’année précédente. Ce bilan est suivi d’un débat devant le Parlement.

Lire la suite...

Le scandale des tutelles

La manière dont la France traite ses vieux pose problème...

16 décembre 2006

Le constat est aujourd’hui accablant : fonds détournés, spoliation d’héritages, malversations, juges négligents, explosion des placements abusifs... Le nombre de personnes affaiblies par l’âge ou la maladie, aujourd’hui abusées par ceux-là mêmes qui sont censés protéger leurs intérêts, n’a cessé d’augmenter ces dernières années.

L’actuelle loi sur la protection juridique des majeurs, rédigée il y a plus de trente ans pour quelques milliers de personnes, concerne aujourd’hui près de 800 000 Français, pour la plupart fragilisées par leur grand âge, un handicap physique ou la perte de leurs facultés mentales. Une population qui augmente de 4% par an, et devrait progresser encore plus vite à l’avenir, compte tenu du vieillissement démographique.

Or, à ce jour, seuls 80 juges sont chargés de vérifier que les tuteurs s’occupent comme il convient de ces personnes et d’éviter les dérives, abus ou spoliations, soit un juge pour 10 000 personnes, ce qui est notoirement Insuffisant.

Lire la suite...

Sans domicile : La Charte du Canal St Martin

Le Village Fédéral apporte son soutien à la charte du Canal St Martin initiée par les Enfants de Don Quichotte en solidarité avec les sans domicile

le 25 décembre 2006

PREAMBULE

Nous, citoyens et citoyennes, refusons la situation inhumaine que vivent certains d’entre nous, sans domicile fixe. Nous voulons que soit mis fin à ce scandale, à la honte que cela représente pour un pays comme le nôtre. La Constitution garantit le droit à la dignité, à des moyens convenables d’existence, et nous avons un devoir d’assistance à personne en danger. Nous n’acceptons plus que les plus fragiles ou les plus pauvres soient laissés au bord de la route. Il faut rompre avec les solutions provisoires, les logiques d’urgence qui aggravent la précarité et condamnent tant de personnes à une souffrance insupportable, et même certaines à une mort prématurée. Nous demandons à l’Etat de mettre en place dès aujourd’hui une politique ambitieuse garantissant l’accès de tous à un vrai logement, à travers les mesures suivantes. Pour la dignité de tous.

ARTICLE 1 :
OUVRIR LES STRUCTURES D’HEBERGEMENT 24H/24H, 365 JOURS PAR AN, ET HUMANISER LES CONDITIONS D’ACCUEIL.

Lire la suite...


Sans frontières

Sommes nous déja à moitié "cuits" ?

Le conte de la grenouille

Par Olivier Clerc

le 06/04/2005

" Imaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède.

La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager. La température continue à grimper. L’eau est maintenant chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s’affole pas pour autant.

L’eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s’est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien.

Lire la suite...

Soutien au Tibet

Tibet , la vérité...

Source : Tibet Info.net
- Le Comité de Soutien au Peuple Tibétain (C.S.P.T.) :

24 août 2005

« Le drame a commencé en 1950, lorsque la puissante armée chinoise a envahi le Tibet. Depuis lors, l’un des plus beaux et des plus rares pays du monde, aux traditions pacifiques et religieuses, résiste avec l’énergie du désespoir à l’anéantissement qui le menace. L’agonie du Tibet, ce n’est pas seulement des hommes assassinés, des nonnes et des prêtres torturés, des milliers de gens déportés dans des camps de ré-éducation, c’est aussi un véritable génocide culturel, linguistique et religieux poursuivi par les autorités chinoises pour rayer ce pays et cette civilisation de la carte du monde. [...] Mais ils ont tort. Le dalaï-lama, homme pacifique, tolérant et courageux, incarne à merveille son peuple en sursis. En courant le monde avec son bâton de la paix, il témoigne que son pays vit encore et que nous pouvons l’aider à le sauver. »

- Elisabeth Badinter, préface à « Tibet, mort ou vif », de P-A. Donnet (Ed. Gallimard)

Lire la suite...

Comment la hausse des prix alimentaires affecte les plus démunis

29 octobre 2013

La hausse des prix alimentaires frappe de plein fouet les familles les plus vulnérables qui dépensent 60 à 80% de leur revenu pour se nourrir.

Presque tout le monde se rend compte lorsque les prix alimentaires s’envolent. Mais pour une famille pauvre qui lutte pour joindre les deux bouts dans un pays en développement, les conséquences sont particulièrement dévastatrices. Pourquoi ? Ce n’est pas le simple fait de gagner moins, d’autres facteurs contribuent à cette situation.

Par exemple, quelqu’un qui achète du pain dans un supermarché en Europe paie environ un euro dont 14 centimes pour le pain lui-même. Le reste comprend les frais d’emballage, de transport, de publicité et d’autres coûts associés. Donc, si le blé coute deux fois plus cher, le pain ne coutera que 14 centimes de plus- une augmentation relativement faible et facile à gérer. Cependant, les populations démunies dans les pays en développement n’ont pas l’habitude d’acheter du pain tout prêt. Elles achètent plutôt de la farine. Donc si le maïs coute deux fois plus cher, cela devient très difficile de faire face à une telle hausse surtout car elles dépensent la majorité de leur revenu mensuel en nourriture.

En effet, les ménages les plus pauvres dans les pays en développement dépensent 60 à 80% de leur revenu en nourriture. Lorsque les prix s’envolent, ils doivent dépenser encore plus de leur revenu (déjà) faible pour se nourrir. Ainsi, il leur reste très peu pour acheter/payer d’autres biens nécessaires comme les vêtements, le loyer, les médicaments, les fournitures scolaires et au fur et à mesure, ils commencent à limiter ces dépenses.

Lire la suite...

Droits des femmes : un combat de tous les jours

Source : Oxfamfrance

le 8 mars 2013

Savez-vous que vous avez plus de risques d’être pauvre si vous êtes une femme. Et en tant que femme, il est probable que vous fassiez la plus grande partie du travail, que vous gagniez moins qu’un homme et que ayez moins accès à la propriété. La discrimination commence bien avant. C’est depuis la naissance, que l’accès des filles à l’éducation, à la santé et à la nutrition leur est souvent refusé.
La violence est un obstacle majeur au développement des femmes et des filles, ainsi qu’au bien-être et au développement de leur communauté et des sociétés dans leur ensemble.

Un milliard de femmes dans le monde sont victimes de violences physiques, d’abus sexuels ou d’autres formes d’abus. Un milliard ! La violence à l’égard des femmes constitue la violation la plus fréquente des droits humains.

Lire la suite...

Ce qu’il faut savoir avant de chercher un job dans l’humanitaire

Source : Youphil. com

29 octobre 2013

Marguerite Chevreul, coach et consultante en ressources humaines, conseille des personnes qui souhaitent travailler dans l’humanitaire... ou en sortir. Nous lui avons posé quelques questions.

Quels sont les profils recherchés par les ONG aujourd’hui ?

Marguerite Chevreul : Il n’y a pas vraiment de profil type. Il y a des postes excessivement différents ; administratifs, sur la partie financière ou les ressources humaines par exemple.

Il y a aussi d’autres postes, sur le terrain, avec des spécificités techniques. Cela peut être des ingénieurs, des professions médicales, dans le domaine de la santé, de l’agronomie, etc.

Et puis il y a de nouveaux domaines, comme la sécurité.

Pour tous ces postes, l’engagement, l’adaptabilité, l’énergie, la capacité de faire face à des choses difficiles sont très importants. Il faut pouvoir s’adapter à de petites organisations, être capable de faire des choses très variées.

Lire la suite...

Le texte intégral du manifeste des dissidents chinois, la Charte 08

Source : Rue 89
- Par Pierre Haski

14/12/2008

La semaine dernière, plus de 300 Chinois ont pris le risque de signer un ambitieux manifeste pour une Chine démocratique, baptisé « Charte 08 » en référence à la « Charte 77 » de Vaclav Havel et des dissidents tchèques, et certains d’entre eux ont été arrêtés. Parmi eux, Liu Xiaobo, un intellectuel dissident déjà passé plusieurs fois par la case prison, et qui aurait été arrêté sur ordre personnel du président Hu Jintao, selon des informations circulant sur des sites chinois.

Pour vous permettre de vous faire une opinion, Rue89 a traduit ce long document qui brosse la vision d’une « autre » Chine, démocratique et même fédérale, une référence au Tibet ou à Taiwan qui aurait rendu furieux le pouvoir communiste chinois. Ce document, ainsi que la liste des premiers signataires, apportent un éclairage fondamental sur ce qui se joue actuellement en Chine.

Lire la suite...

En Afrique, la corruption salit l’eau

Source : L’IRIN

NAIROBI, 18 mars 2013 (IRIN) - La collusion entre les responsables gouvernementaux, les vendeurs d’eau peu scrupuleux et les grands propriétaires agricoles est à l’origine de détournements des systèmes d’eau, de malversations et de l’absence de volonté pour faire adopter des lois destinées à protéger les sources d’eau de l’empiétement et de la pollution. Il ne s’agit là que de quelques exemples de la façon dont la corruption prive des millions d’Africains pauvres de l’accès à une eau propre et salubre, estiment les experts.

« La corruption dans le secteur de l’eau se manifeste par l’absence de services d’approvisionnement durables, un ciblage des ressources et des investissements inéquitables et la participation limitée des communautés affectées dans les processus de développement », a dit à IRIN Bethlehem Mengistu, responsable régionale du plaidoyer pour l’organisation non gouvernementale (ONG) WaterAid.

Dans un rapport publié en 2010, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estimait qu’environ 780 millions de personnes dans le monde, dont 343 millions d’Africains, n’avaient pas accès à une « source d’eau potable améliorée » (réseau d’eau courante, bornes-fontaines, puits ou sources protégés ou réservoirs d’eau de pluie).

Dans le monde entier, les maladies hydriques font environ 3 millions de victimes chaque année, selon l’OMS.

D’après les chiffres de la Banque mondiale, dans le monde entier, 20 à 40 pour cent des fonds publics destinés au secteur de l’eau disparaissent du fait de la corruption et des pratiques malhonnêtes.

Lire la suite...

Accueil (Place du village)

Village Fédéral

La mondialisation humaniste

Haut de page